Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mes bouquins refermés - Page 2

  • Arches

    « Mais ces frayeurs ne s'arrêtent pas là, j'en ai bien d'autres. Par exemple, j'ai la phobie des arcs — les arcs de triomphe, bien sûr, mais surtout certaines arches anciennes que l'on rencontre dans les rues des vieux quartiers. Ce ne sont pas, d'ailleurs, à proprement parler les arches, mais l'espace aérien qu'elles déterminent... J'ai le souvenir d'avoir éprouvé une étrange terreur en découvrant, au bout d'une rue déserte de je ne sais quelle capitale, une petite voûte, ou plutôt un porche donnant sur l'infini. C'était une rue montante qui, par delà le monument commençait indubitablement à descendre. Aussi, du bas de la rue, la vue de cette arche débouchait en plein horizon. Je dois avouer que je restai quelques minutes pétrifié par ce phénomène. »

    (Mário de Sá-Carneiro, La Confession de Lúcio, trad. D. Touati)

  • Fumées

    (...)

    Notre passé comme l'emmêlement des fumées d'une succession d'incendies sans durée,
    nous comme un feu bref et une plus longue fumée – avec devant nous de l'air, mais de moins en moins d'air, et le feu de moins en moins vif.
    Fragments dont se fait mon imperceptible sillage dans l'immense et dans l'inconnu ; bûchers et jardins, murs de jardins, parfums de pivoines et d'iris, promenades apeurées sur de minces remparts et des tours, rares scènes de dispute entrevues ou imaginées comme dans un théâtre affreux, vieilles dames recluses dans l'ombre qui agrandit encore les hautes chambres, tristesse des jours d'école, figures de "maîtresses" colériques comme de grands coqs, lieux mystérieux et attirants comme l'arsenal, la scierie, telle petite maison perdue à l'orée d'un bois ; les écluses, les filatures, la prison surplombant la rivière. La tristesse, aussi, des montagnes glacées, la beauté du bruit du torrent qui coule en contrebas du grand parc plein de fougères et de champignons.

    (...)

    (Philippe Jaccottet, Taches de soleil, ou d'ombre)

     

  • Recette

    – Dans la ville de Jindrichuv Hradec, reprit Chvéik, il y avait dans le temps un charcutier du nom de Joseph Linek et il avait deux boîtes sur une étagère. Dans l'une, un mélange d'épices qu'il mettait dans le boudin et les andouillettes, dans l'autre de la poudre contre les insectes, car le charcutier avait appris que plus d'une fois ses clients avaient croqué des punaises ou des cafards dans ses saucisses. Il disait toujours que pour ce qui est des punaises, elles ont le goût épicé des amandes amères qu'on met dans les gâteaux, mais dans la charcuterie les cafards, eux, puent comme de vieilles bibles moisies. C'est pourquoi il veillait à la propreté de son atelier et mettait partout de la poudre contre les insectes. Un beau jour, il faisait le boudin et avait un rhume. Il a attrapé la boîte avec la poudre contre les insectes et l'a versée dans la farce du boudin. Depuis ce temps-là, les gens de Jindrichuv Hradec n'allaient plus que chez Linek pour acheter du boudin. Et lui, il était malin, il a fini par comprendre que c'était rapport à la poudre contre les insectes et il s'est mis à commander contre remboursement des caisses entières de poudre, ayant préalablement demandé à la firme qui la lui vendait de marquer sur les caisses "Épices des Indes". 

    (Jaroslav Hašek, Dernières Aventures du brave soldat Chvéik, trad. C. Ancelot).

  • Les grues émigrantes

    C’est alors qu’on entend la nuit, dans les campagnes, ce bruit sec et saccadé de trois coups frappés rapidement. Puis, un silence se fait ; c’est le mouvement du bras qui retire la poignée de chanvre pour la broyer sur une autre partie de sa longueur. Et les trois coups recommencent ; c’est l’autre bras qui agit sur le levier, et toujours ainsi jusqu’à ce que la lune soit voilée par les premières lueurs de l’aube. Comme ce travail ne dure que quelques jours dans l’année, les chiens ne s’y habituent pas et poussent des hurlements plaintifs vers tous les points de l’horizon.

    C’est le temps des bruits insolites et mystérieux dans la campagne. Les grues émigrantes passent dans des régions où, en plein jour, l’œil les distingue à peine. La nuit, on les entend seulement ; et ces voix rauques et gémissantes, perdues dans les nuages, semblent l’appel et l’adieu d’âmes tourmentées qui s’efforcent de trouver le chemin du ciel, et qu’une invincible fatalité force à planer non loin de la terre, autour de la demeure des hommes ; car ces oiseaux voyageurs ont d’étranges incertitudes et de mystérieuses anxiétés dans le cours de leur traversée aérienne. 

    (...) Il y a d’autres bruits encore qui sont propres à ce moment de l’année, et qui se passent principalement dans les vergers. La cueille des fruits n’est pas encore faite, et mille crépitations inusitées font ressembler les arbres à des êtres animés. Une branche grince, en se courbant, sous un poids arrivé tout à coup à son dernier degré de développement ; ou bien, une pomme se détache et tombe à vos pieds avec un son mat sur la terre humide. Alors vous entendez fuir, en frôlant les branches et les herbes, un être que vous ne voyez pas : c’est le chien du paysan (...).

    (George Sand, la Mare au diable)

  • Hamlet blond

    — D'abord, Hamlet est blond, répondit Wilhelm.
    — Voilà ce qui s'appelle chercher loin, remarqua Aurélie. D'où tirez-vous cette conclusion ?
    — En sa qualité de Danois, d'homme du Nord, il est blond de race et a les yeux bleus.
    — Croyez-vous qu Shakespeare y ait songé ?
    — Je n'en trouve aucune indication expresse, mais en rapprochant certains passages, cela me paraît indiscutable. Le duel le fatigue, la sueur coule sur son visage, et la reine dit : "Il est gros, laissez-le reprendre haleine." Peut-on dès lors se le représenter autrement que blond et corpulent ? Car il est rare que les bruns soient ainsi dans leur jeunesse. Sa mélancolie vacillante, sa molle tristesse, son indécision affairée ne conviennent-elles pas mieux à un physique de ce genre, plutôt qu'à un jeune homme svelte à la chevelure noire et bouclée, de qui l'on attendrait plus de décision et de promptitude ?

    (Goethe, les Années d'apprentissage de Wilhelm Meister, trad. B. Briod)

  • Récits de voyage

    "L'Allemagne n'a-t-elle pas été parcourue, traversée, sillonnée, visitée et fouillée de bout en bout ? Et tout voyageur allemand ne détient-il pas le privilège insigne de se faire rembourser par le public ses grandes et ses petites  dépenses ? Donne-moi simplement l'itinéraire que tu as suivi avant de nous rencontrer ; je connais le reste. Je vais te procurer les documents et les matériaux nécessaires à ton travail ; les milles carrés jamais mesurés, les chiffres de population jamais dénombrée, rien ne doit être omis. Quant aux revenus des Etats, nous les emprunterons aux almanachs et aux tableaux statistiques qui, comme on sait, n'ont jamais menti. Telle sera la base de nos raisonnements politiques ; nous ne manquerons pas de glisser quelques aperçus sur les gouvernements. Nous présenterons un prince ou deux comme de véritables pères du peuple, afin qu'on nous croie d'autant mieux si nous attaquons quelques autres ; et si notre route ne passe pas précisément dans les villes habitées par tel ou tel personnage célèbre, nous rencontrerons ces gens-là à l'auberge, et nous leur ferons dire, en confidence, les pires sottises."

    (Goethe, les Années d'apprentissage de Wilhelm Meister, trad. B. Briod).

  • Une représentation avortée

    "Pendant ce temps, la nuit était tombée, on avait allumé les chandelles, les servantes et les enfants occupaient les sièges de l'auditoire, la pièce allait commencer, la troupe des héros avait revêtu ses costumes ; mais voici que, pour la première fois, chacun d'eux se rendit compte qu'il ne savait pas ce qu'il avait à dire."

    (Goethe, Les Années d'apprentissage de Wilhelm Meister, trad. de B. Briod)